le replay de l'émission

Animée par
Olivier HERMINE (Paris)

Avec
Guillaume CARTRON (Montpellier)

Et avec la participation de

Hervé DOMBRET (Paris)
Thierry FACON (Lille)
Véronique LEBLOND (Paris)
Marie-Thérèse RUBIO (Nancy)
Gilles SALLES (Lyon)
Catherine SAUTÈS-FRIDMAN (Paris)

Les interviews
INTERVIEW
Apport des réseaux neuronaux profonds pour analyser et intégrer les données de génomique

Charles HERBAUX, Lille

INTERVIEW
Le « multiplex imaging », le futur de l’immunohistochimie


Catherine THIEBLEMONT, Paris

INTERVIEW
Biopsies liquides et hémopathies lymphoïdes, état des lieux à l’EHA 2018


Vincent CAMUS, Rouen

Les brèves
BRÈVE
Redéfinir les sous-groupes de lymphomes B diffus par une analyse en composantes indépendantes : la fin du trio GCB/ABC/PMBL ?

L’étude des profils d’expression génique (GEP) est le gold standard pour la classification des sous-types moléculaires de lymphomes B diffus à grandes cellules (LBDGC) : GCB, ABC et PMBL. Plusieurs travaux ont également contribué à la caractérisation des LBDGC à l’aide de techniques d’étude de la variation du nombre de copies (CNV) et de séquençage de nouvelle génération (NGS) de panels de gènes fréquemment mutés.

L’objectif de cette étude était donc d’intégrer l’ensemble des résultats des analyses publiées avec…

BRÈVE
Etat de l’art de la maladie résiduelle minime (MRD) dans le myélome multiple

Une rémission complète peut être obtenue dans le myélome en réduisant la masse tumorale de 1012 à 1010 cellules. Il persiste donc une masse tumorale significative non détectable dans le sang par les techniques biologiques de routine. La qualité de la réponse biologique est corrélée à la survie sans progression et à la survie globale. Une augmentation spectaculaire du taux de rémission complète est observée depuis les nouvelles associations en induction, mais, malgré ces progrès considérables, la rechute demeure une problématique actuelle.

La MRD peut être évaluée à partir d’un…

BRÈVE
Découverte du rôle anti-tumoral des lymphocytes Th17 dans le lymphome de Hodgkin

Le lymphome de Hodgkin classique (LHc) est une tumeur très sensible aux anti-PD1, en particulier le nivolumab, avec un mécanisme d’action encore mal compris. Il a été démontré que les anti-PD1 agissent en empêchant l’épuisement des lymphocytes T (LT) CD8+ cytotoxiques, mais les facteurs prédictifs de réponse aux anti-PD1 ne sont pas connus. Néanmoins, la réponse aux anti-PD1 semble plutôt s’effectuer viaune voie dépendante des LT CD4+ qui implique les TAM (tumor associated macrophages).

L’objectif de cette étude était d’identifier les sous-types de LT impliqués dans le LHc et leur relation avec l’axe PD1/PDL1. Les auteurs ont comparé 146 tumeurs de LHc et…

Le diaporama
Aller à la barre d’outils